Skip to main content

Projet de chaufferie biomasse quartier La Cépière

Habitants des quartiers Lardenne, Cépière, Pradettes, Mirail Université et Bagatelle

Savez-vous que la mairie veut installer une chaufferie biomasse sous vos fenêtres ?

Signez la pétition

À signer et faire signer pour informer et mobiliser un maximum de riverain

Présentation du projet

Toulouse Métropole

Diaporama présenté par la mairie en réunion publique - PDF 3,57Mo

S'informer

Nous nous appliquons à rassembler toutes les infos utiles sur cette page.

Toulouse Métropole avance à grand pas sur ce projet de chaufferie biomasse rue Charles Mouly (hippodrome) avec une intention manifeste d’aller vite, en minimisant les impacts sur la santé et sur l’environnement tout en consultant les citoyens le moins possible (comme pour celle de la ZAC Matabiau).

Nous doutons que parmi les choix de transition écologique possibles, les chaufferies biomasses soient une réponse pertinente aux besoins en énergie des Toulousains sur le long terme sans impact majeur sur la santé des riverains.

Un processus de consultation défaillant

La mairie affiche une volonté de consulter les riverains et d’inclure leurs souhaits dans le cahier des charges de l'appel d'offre du projet. Mais dans les faits, comme pour l‘usine biomasse de la ZAC Matabiau, le mode opératoire de consultation des citoyens est minimisé :

  • Une 1ere consultation avec “les acteurs locaux” a semble-t-il eu lieu le 4 octobre (?);
  • Une 2ème le 9 novembre par boitage de 3000 lettres dans un rayon de 500m du lieu d'implantation prévu... quelques jours seulement avant la date et pendant les vacances scolaires !

Après avoir interrogé plusieurs institutions locales, le Péripole, comité de quartier, etc., il semble que personne n’a entendu parler de ce projet ! Pas étonnant donc, que seules 17 personnes se soient rendues aux 2 premières réunions, ce que la mairie interprète comme une validation !

Les riverains se sont donc chargés de relayer l'information.

Mobilisation citoyenne samedi 9 mars 2024

Rue Charles Mouly, quartier La Cépière
rassemblement citoyen samedi 9 mars 2024 biomasse cépière

Quelques tracts et articles de presse ont suffi à rassembler une quarantaine de riverains à proximité du lieu où Toulouse Métropole prévoit d'installer une chaufferie biomasse. Seuls deux élus ont fait le déplacement pour rencontrer les riverains, Aymeric Deheurles et Maxime Le Texier (qui suit le projet de chaufferie de la ZAC Matabiau depuis le début et fait parti du comité de suivi de l'installation). Étaient également présents des représentants de comités de quartier et de l'association Zéro Waste.

Réunion publique du 13 mars 2024

Salle Du Barry, quartier Casselardit
réunion publique à propos du développement de chaufferies biomasses à Toulouse

A la demande de quelques riverains, une nouvelle réunion de consultation avec Pierre Trautmann en charge des délégations de service public, a eu lieu le mercredi 13 mars à 18h. Là encore, ce sont les riverains qui se sont appliqués à diffuser l'information. Organisée à la dernière minute, cette réunion a rassemblé une soixantaine de riverains alors qu'elle n'a bénéficié d'aucune communication de la part de la mairie ni de la métropole. Des élus et représentants de l'opposition AMC et écologistes étaient présents, ainsi que l'assitante parlementaire du député.

Les courriers des riverains

La réunion publique a consisté pour Toulouse Métropole à défendre quasi exclusivement la solution biomasse. Face aux inquiétudes des riverains, les représentants de Toulouse Métropole n'opposent dans leur détermination à vendre le projet, que citations et déclarations non sourcées, et réponses peu précises.

Le courrier des riverains de La cépière

Les riverains de la rue Charles Mouly se sont appliqués à produire un compte-rendu organisé selon 3 chapitres : pollution, ressources et projet global. Pour chacun de ces angles, un résumé des échanges lors de la réunion, des arguments basés sur des sources fiables et vérifiables et une liste de questions qui restent en suspens et méritent des réponses.

Ce document a été transmis à M. Pierre Trautmann le 26 mars 2024 par voie électronique et le 27 mars 2024 par courrier recommandé.

PDF 447ko - Document envoyé aux représentants de Toulouse Métropole - il sert de base à l'article Les raisons de la contestation de la biomasse

Réflexion sur l’implantation d’une centrale à biomasse de la Cépière.

Une contribution rédigée par Jean-Pierre Bataille, suite à la réunion publique du 13 mars, qui démontre tous les inconvénients des chaufferies biomasse et son incompréhension face au choix de Toulouse Métropole de poursuivre leur développement au lieu de tirer profit de la géothermie que l'on sait aujourd'hui disponible et exploitable à Toulouse (voir le sondage réalisé cet été pour faire évoluer le projet de chaufferie de la ZAC Matabiau vers un mix géothermie/biomasse).

PDF 777ko - Cette réflexion complète les prises de position déjà affichées sur le blog du collectif contre la ZFE

Autres contributions et courriers

Questions sur la pertinence du projet

Une contribution de Monsieur M. envoyée par email aux élus :
"La métropole envisage d'implanter une centrale biomasse en expliquant que ce moyen est nécessaire pour palier une baisse de production de chaleur du principal générateur actuel.
Je suis toulousain depuis 15 ans, je constate que les besoins de chauffage sont en forte baisse et que ceux en rafraîchissement sont en augmentation constante.
Il existe des solutions pour lutter contre ces tendances fortes. Comme apporter de l'ombre avec des arbres, diminuer l'effet îlot de chaleur avec de la végétation. On peut aussi isoler les bâtiments et planifier leur utilisation à des créneaux horaires adaptés à la température extérieure.
Pour quels motifs souhaitez-vous financer avec notre argent un investissement qui va augmenter les besoins en rafraîchissement alors que votre objectif déclaré est d'apporter des calories dont nous n'avons pas besoin dans un réseau de chaleur ?
Je vous prie de croire que votre réponse fera l'objet de ma plus grande attention.
Merci,"

Contribution de Monsieur R. à propos de la pertinence des réseaux de chaleur :

"[...] Je n’ai malheureusement pas entendu la question essentielle : pourquoi vouloir remplacer le système de chauffage actuel (le gaz naturel) par une chaufferie centralisée, coûteuse, polluante et qui de toute manière utilisera quand même du gaz en appoint ?

La réponse est simple : tout bonnement pour « gagner des points » sur le PCAET (Plan Climat Air Énergie Territorial) de Toulouse Métropole. Car ce document, écrit en 2017 et dont ils ont fait un premier bilan très mitigé, donne des objectifs d’ENR (énergies renouvelables) qui sont loin d’être atteints. Du coup on sort du chapeau plein de projets de réseaux de chaleur qui cumulent plusieurs avantages pour une collectivité :
- subventions importantes de l’ADEME (même si au final c’est très coûteux c’est le contribuable français qui paie, pas la métropole)
- incitations fortes des lobbies et des entreprises comme ENGIE ET EDF
- beaucoup de travaux donc des retombées économiques locales dans les TP
- retombées médiatiques importantes

Souvent le prix du KWH est mis en avant comme compétitif. Je pourrai vous retrouver une étude réalisée sur le sujet qui montre :
- que les formules de calcul sont très opaques
- que les prix sont indexés en partie sur le gaz donc augmentent si celui-ci augmente
- que les prix en général ces dernières années étaient t systématiquement plus chers que les prix du gaz !

Et enfin je n’ai pas entendu parler d’une solution alternative qui éviterait tous les travaux, la pollution additionnelle, les nuisances des camions et qui diminuerait le bilan carbone : le biomethane

En effet il suffit que chaque client qui le souhaite, particulier individuel ou collectif, entreprise, client public…souscrive un contrat de « gaz vert » chez un fournisseur d’énergie pour bénéficier des mêmes avantages environnementaux… sans rien changer à son installation et sans nouvelle canalisation posée sous la voirie !!

Par ailleurs pour information, aujourd’hui, un gaz renouvelable produit « à la ferme » dans un rayon de - de 50 km est déjà valorisé à moins de 100 euros le MWh … et garanti sur 15 ans !

Quand P TRAUTMANN dit « de toute façon on ne peut pas rester au gaz » il sait que c’est totalement faux, puisque c’est lui qui a poussé à la création de l’usine de méthanisation de Ginestous, qui produit du gaz vert à partir des boues de la station d’épuration."

Votre contribution ?

N'hésitez pas à transmettre vos courriers et contributions à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. pour qu'ils soient publiés sur cette page. Loin d'être redondants, ils se complètent et s'enrichissent et permettent d'apporter des points de vue nouveaux et/ou particuliers. Le fait de les transmettre directement aux élus en affichant la diversité des postures est la meilleure façon de leur faire prendre conscience du rejet unanime d'un projet indéfendable. Le fait de les publier peut en inspirer d'autres et faire que chacun se sente légitime à s'exprimer.


Vous souhaitez relayer ces questions et points de vue et/ou apporter de nouveaux arguments et de nouveaux questionnements ?

On vous encourage à écrire directement aux élus qui vous semblent les mieux à même de vous répondre et d'intervenir, à commencer bien sûr par Monsieur Pierre Trauttmann en charge du projet et Monsieur François Chollet, en charge de l’écologie, du développement durable et de la transition énergétique.

Vous souhaitez écrire directement aux élus sans passer par les formulaires du site de Toulouse Métropole ? Leurs adresses se composent de la façon suivante : prenom.nom[at]mairie-toulouse.fr
Idem pour les élus métropolitains : prenom.nom[at]toulouse-metropole.fr
Ça permet de mettre en copie le maire et président de Toulouse et Toulouse Métropole, pour bien faire...

Documents d'information produits par les riverains du quartier La Cépière

Pour nous transmettre des documents ou proposer vos compétences pour contribuer à la création de nouveaux documents, vous pouvez nous écrire à l'adresse Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

communiqué de presse chaufferie biomasse La cépière
quartiers toulousains possiblement impactés par l'installation d'une chaufferie biomasse à La Cépière

La zone de dispersion des particules fines est extrapolée à partir d'une étude réalisée par l'ATMO autour de l'incinérateur de Ginestou. Elle n'est pas fiable à 100% mais permet de se faire une bonne idée des secteurs concernés par de possibles retombées polluantes.